All links of one day
in a single page.
<Previous day - Next day>

Daily RSS Feed
The Daily Shaarli
——————————— Tuesday 27, October 2020 ———————————
permalink
Toute cette histoire m'en touche une sans faire bouger l'autre... On part d'un banal fait divers, un type se fait massacrer  parce qu'il était une cible facile pour un groupe de fanatiques à la petite semaine (parce que buter un prof même horriblement, c'est pas exactement une action d'envergure). Ô surprise les médias s'emparent, les politiques de tout bord s'étouffent, on roule des épaules on joue les gros bras, on rivalise de petites phrases assassines, de racisme sous-jacent, de rodomontades, on en profite pour faire la cour à l'extrême droite, faut surtout pas ne rien _dire_ (parce que _faire_, et s'attaquer aux cause, c'est un autre problème, et c'est, surtout, pas le propos). On fustige les “islamo-gauchistes”, on veut rétablir le bagne, la peine de mort, on ressort toutes les vieilles lunes racistes, tous les poncifs vichystes, toutes les saloperies fascisantes

Pendant ce temps, en face on réagit, les groupuscules s'agacent, les boycott s'organisent, juste en réaction épidermique à mon sens, ils sont pas plus intelligent que nos politiques, il faut paraître sur la scène ou disparaître. Concrètement, ça va mener chez nous à des lois un peu plus liberticides, chez les mecs en face à des tentatives d'attentats variés. Au final l’humanité n'en sors ni grandie, ni avancée.

Pour moi, personnellement, les retombées c'est que je suis obligé de vérifier que mes sites sont bien à jour, bien sécurisés, parce que des groupes de hackers pilotés par les organisateurs de boycotts français on lancé une politique d'attaque et de défaçage de site. Au pire, c'est tout bénef, les sites ne sont jamais trop sécurisés :)

Pour le reste tout ce bruit médiatique, c'est juste ça, du bruit, pendant ce temps là les lits manquent toujours dans les hôpitaux, les soignants sont toujours payés au lance-pierre, la police massacre toujours les manifestants (qui ne manifestent plus trop, état d'urgence sanitaire prolongé oblige) et mille autres problèmes concrets qu'on se gardera bien d'évoquer, pressés qu'on est de commenter et de réagir à un putain de fait divers, quitte à susciter des tensions internationales, ce qui est bien pratique pour faire oublier la poussière sous le tapis à la maison.
-